70 ans après, la résistante Gabrielle Legras, est honorée par la municipalité

Dans la cour de l'école primaire du point du Jour est fixée une plaque souvenir où est gravé le texte suivant: «Madame Legras, élève de cette école et institutrice. Morte à Ravensbrück en décembre 1944 ». C'est en voulant photographier cette plaque pour son exposition sur la guerre 45, que Michel Valla avec l'aide du directeur de l'école Fabien Maisonneuve, ont eu l'idée de remémorer le dévouement et le sacrifice de cette institutrice. Gabrielle Legras était une résistante.

70 ans après, la résistante Gabrielle Legras, est honorée par la municipalité

Gabrielle Legras, née Plançon, a vu le jour le 14 février 1889 à Oisseau-le-Petit dans la Sarthe.Elle a fait ses études pour devenir institutrice en 1904 et 1907 à l'École Normale du Mans.Elle est nommée institutrice à l'école supérieure de jeunes filles de Château-du-Loir (actuellement l'école du Point du Jour) le 1er février 1920. Elle s'occupe alors de la 1ère et de la 5ème classe. Elle habite à Château-du-Loir 2 rue du 14-Juillet. Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle s'engage dans la Résistance. Elle est arrêtée par les Allemands le 13 juin 1944 et déportée dans le camp de Ravensbrück. Elle y meurt en décembre 1944.

Pour raviver cette mémoire, une cérémonie s'est effectuée vendredi matin dans la cour de l'école en présence de tous les élèves et professeurs, la municipalité, les représentants et porte-drapeaux des anciens combattants. Noé Auville, un élève, était désigné pour porter le drapeau de la France Libre.

« Nous sommes ici pour réparer un oubli, nous passons tous les jours devant cette plaque, mais nous ne la regardons pas. L'objectif est de commémorer le 70 anniversaire de l'arrestation et la déportation de Mme Legras qui a donné sa vie pour la liberté. Elle nous lègue aussi quelque chose d'important, en tant que maîtresse, elle nous a permis pendant une semaine de faire des leçons d'éducation civique et des leçons d'histoire de manière vivante » Explique Fabien Maisonneuve.

Classe par classe, les élèves ont lu des messages, des poèmes comme celui de Paul Éluard « Sur mes cahiers d'écolier, sur mon pupitre et les arbres, sur la neige, j'écris ton nom...Liberté.

La cérémonie s'est clôturée par « La Marseillaise » interprétée par tous les élèves de l'école du Point-du-Jour.

70 ans après, la résistante Gabrielle Legras, est honorée par la municipalité
70 ans après, la résistante Gabrielle Legras, est honorée par la municipalité

« Nous ne devons pas oublier toutes ces françaises, tous ces français qui ont fait le choix de s'engager dans l'aventure courageuse de la Résistance, et qui ont fini déportés, fusillés ou morts sous la torture, parfois sans n'avoir rien lâché, parfois en ayant parlé, mais qui pourrait leur en vouloir. » Rappelait Béatrice Pavy-Morançais lors de son discours.

70 ans après, la résistante Gabrielle Legras, est honorée par la municipalité
70 ans après, la résistante Gabrielle Legras, est honorée par la municipalité

Noé Auville, un élève, était désigné pour porter le drapeau de la France Libre.

70 ans après, la résistante Gabrielle Legras, est honorée par la municipalité

La seule personne dans l'assistance qui l'a connue, Yvette Pottier 88 ans, de Vouvray-sur-Loir a connu cette enseignante au collège «Il fallait marcher droit avec elle » Se souvient-t-elle.

Yvette Pottier devant la plaque souvenir

Yvette Pottier devant la plaque souvenir

70 ans après, la résistante Gabrielle Legras, est honorée par la municipalité
70 ans après, la résistante Gabrielle Legras, est honorée par la municipalité
70 ans après, la résistante Gabrielle Legras, est honorée par la municipalité
70 ans après, la résistante Gabrielle Legras, est honorée par la municipalité
70 ans après, la résistante Gabrielle Legras, est honorée par la municipalité

« Sur mes cahiers d'écolier, sur mon pupitre et les arbres, sur la neige,

j'écris ton nom...Liberté.

70 ans après, la résistante Gabrielle Legras, est honorée par la municipalité
Retour à l'accueil