Clément Mauclair, une vie de labeur sur fond d'accordéon

Clément Mauclair, 95 ans, est né à Saint-Christophe-sur-le-Nais, de parents agriculteurs. Avec son épouse Huguette, celui-ci prend la succession de l'exploitation de 42 ha de ses beaux-parents à Saint-Pierre-de-Chevillé et vient s'installer pour la retraite à Dissay-sous-Courcillon.

Chasseur alpin pendant la guerre de 1940, Clément est fait prisonnier pendant 5 ans et demi près de Rostock en Allemagne, et fut libéré par les Russes. « On ne mangeait que des pommes de terre »

Comment vous est venu le goût de jouer de l'accordéon ? C'est venu à la suite d'un accident, chez un oncle, j'avais 9 ans. Un sac de 50 kg de sel à fourrage est tombé du grenier alors que je descendais l'escalier, je suis tombé, résultat : tibia et le péroné cassés. Étant alité, le domestique qui travaillait chez mes parents, partant à l'armée, celui-ci m'a donné son accordéon diatonique. « Je te donne mon accordéon, cela va t'occuper puisque tu ne peux pas marcher » Cet instrument n'étant pas tout jeune, j'ai dû le réparer avec des épingles de sûreté pour remplacer les ressorts. Vers 15, 16 ans, mon père m'a payé un accordéon chromatique, j'ai pris seulement sept leçons de solfège car ensuite celui-ci est tombé malade. Ce fut fini pour l'accordéon, je devais remplacer mon père à la ferme. En revenant de l'armée, à 25 ans, je me suis marié et pris la succession de la ferme de mon beau-père au lieu-dit « La Lande » à Saint-Pierre-et-Miquelon » J'ai vendu l'accordéon pour acheter une cuisinière et un buffet, il fallait bien se meubler. »

Avez vous repris l'accordéon en retraite ? Pour ma retraite en 1978, mes enfants m'ont payé un accordéon Hohner d'occasion. Ne connaissant pas la musique, je joue d'oreilles, il suffit que j'écoute un air deux ou trois fois et puis ça part. J'ai fait danser les gens avec le groupe folklorique « Les Danseux du Nais » jusqu'en 96. Dans la famille, nous avons des facilités pour faire de la musique. Notre petite fille Sophie joue également de l'accordéon, et nous avons une professionnelle, Isabelle Lepinay, bien connue dans la région. Ne connaissant pas les notes, pour retrouver mes airs, j'ai des fiches sur lesquelles, je marque les numéros des boutons des premières notes du morceau, soit en rouge, si on pousse, et en noir si on tire. Une fois que c'est parti, la suite vient automatiquement. Je suis assez bricoleur, j'ai mis au point un pupitre qui s'adapte sur l'accordéon afin d'avoir mon répertoire sous les yeux.

Et aujourd'hui vous jouer toujours ? « Faisant partie des Aînés ruraux de la commune, soit en voyage, ou lors des banquets, je sors de temps en temps l'accordéon. Sinon, le soir devant la télévision, je joue en regardant les émissions tandis qu' Huguette dort dans son canapé. »

Avant de quitter Clément Mauclair, celui-ci a joué une dernière fois, "L'étoile des Troubadours, une valse de la Corrèze, Viens Poupoule de Félix Mayol et La Paloma". « La musique cela ne me rapporte rien, mais ça m'entretient le cerveau ! » Résume Clément Mauclair.

Retour à l'accueil