Michel Tramblay se replonge dans le passé de Château-du-Loir

Il est une maladie dont on ne guérie pas, c'est la « collectionnite ». Depuis qu'il est en retraite, Michel Tramblay, castélorien bien connu, collectionne les cartes postales de la ville et du territoire. Celui-ci a quitté le studio photographique de l'avenue Jean Jaurès où il a travaillé pendant 35 ans avec son beau frère Michel Marc. Ce que l'on sait moins, c'est son passage aux beaux arts au Mans qui lui ont permis d'apprendre le métier de peintre fileur, décorateur de faïence, métier qu'il exerça à Saint-Jean-la-Poterie près de Redon. Ce centre avait été créé en 1943, et cessa son activité en 1989 et fut totalement détruit en 2004.

Michel possède plusieurs milliers de cartes originales qu'on lui a données ou qu'il a trouvées dans des brocantes, des vide-greniers, sur Internet. Il a retrouvé également dans son grenier des photos sur plaques de verre. Il faut savoir qu'au début du siècle dernier, il y avait à Château-du-Loir une bonne dizaine d'éditeurs de cartes postales.

Pour classer toutes ces cartes, le collectionneur a créé des thèmes : la forêt de Bercé, le Loir, les caves troglodytes, la gare et la rotonde etc. « On pourrait raconter des tas d'histoires sur chaque photo. Sur l'une d'entre elles, on voit deux personnages devant un nombreux public, munis d'une brouette avec un tonneau de vin, soit 125 kg, qui à la suite d'un pari, on rejoint à pied en 5 jours, la ville de Tours. Sur une photo que j'ai prise, on peut constater le café graineterie qui était situé à l'emplacement de « Madame Bonbon », cet estaminet était tenu par Madame Delanoie. Entre le CIO et l'ancienne librairie, il y avait une maison, avec sur le côté, un petit passage pour accéder à la rue Saint-Jean. Témoignage du passé, l'on voit aussi les premières voitures qui remontent la route de Vaas. Également, l'une des grandes manifestations annuelles, les courses hippiques de Dissay-sous-Courcillon, avec tous les spectateurs réunis sur la place de l'Hôtel de ville avant l'envol d'une montgolfière. On apprend également que la poste à l'origine était située à l'emplacement de la pharmacie de la place Le Monnier » Constate Michel Tramblay.

Celui-ci a fait un album des principales cartes postales de la ville de l'époque avec des photos d'aujourd'hui ayant le même cadrage, album qu'il nomme «Rétrospective des cartes sur un siècle ». Cette mémoire photographique nous fait constater malheureusement, le déclin du commerce en centre-ville, alors que nous réserve le prochain centenaire...

 le café graineterie et le chêne Boppe
 le café graineterie et le chêne Boppe

le café graineterie et le chêne Boppe

Retour à l'accueil