Michel Steinbrucker, ancien professeur de mécanique du Lycée Professionnel de Château-du-Loir, est l' inventeur d'un système pour sécuriser le décollage et l'atterrissage des avions.

Ce système appelé SADA ( Sécurité Avion Décollage Atterrissage) supprime le roulage des avions sur les pistes. C'est un chariot mobile motorisé, se déplaçant sur des rails, qui récupère l'avion à l'atterrissage et prend le relais de celui-ci pour le freinage. Après trois années d'étude, Michel Steinbrucker a déposé un brevet pour cette innovation reconnue d'utilité publique, extrait du journal officiel des brevets du 29 novembre 2013 : BOPI Bulletin Officiel de la Propriété Industrielle 13/48. Avantages : moins de bruits, moins de pollution, moins d'usure des pneumatiques, atterrissage en tous temps. Sachant que 51 % des accidents d'avion se produisent à l'atterrissage, 21 % des accidents au décollage et 5 % au roulage suite maltraitance /piste, le S.A.D.A. peut éviter ces problèmes majeurs et en bonus, tous les avantages cités.

Sécurité des avions par un inventeur castélorien
Sécurité des avions par un inventeur castélorien
Sécurité des avions par un inventeur castélorien

Médaille d'argent derrière les Coréens qui présentaient un nouveau tunnel d'embarquement à bord.

Cette présentation s'est réalisée au Salon International des Inventions du 15 au 19 avril à Genève,

Voir la vidéo dans la rubrique "Description"

« Le système proposé sur Nantes au maire, au Président du conseil Régional, complètement soutenu par la chambre de commerce de Nantes, qui pourrait même sauver la peau de l'aéroport actuel compte tenu de tous les apports que cela procure. Vinci n'y voit pas d'objection, eux fabriquent et tout ce petit monde m'indique le véritable donneur d'ordre, ces messieurs GANDHIL et CHEREL Présidents directeurs généraux de l'aviation civile' à qui en intervalle de six mois, j'ai envoyé en recommandé mon projet : résultat : pas l'ombre d'une réponse. Rappel pour mémoire, dans le procès des responsables de l'accident du Concorde, il avait été requis 15 mois à l'encontre du Président de la direction de l'aviation civile. Si au moins il y avait une réponse avec une critique justifiant l'impasse, on pourrait comprendre qu'ils s'intéressent à la sécurité en montrant ce qui ne fonctionne pas dans le projet, mais cela doit déranger! Toujours est-il que la CCi de Nantes tient le contact, à la clé il y a des centaines d'emplois, des milliers avec la sous-traitance, adapté à l'aéroport, cela ferait une vitrine du projet. »

Michel Steinbrucker

 

 

Retour à l'accueil