Didier Trassard

Didier Trassard

À l'heure numérique, les livres ont encore de beaux jours devant eux. Rencontre avec Didier Trassard, responsable de l'Espace Culturel du Centre Leclerc de Vouvray-sur-Loir.

Quel est le devenir du livre à l'heure numérique ? « Avec une parution énorme de 50 000 publications par an, représentant en gros 1 000 nouveautés par semaine, c'est un marché qui est stable. On ne ressent pas de baisse, la majorité des Français ont du mal à lâcher le livre papier. Toutefois, nous allons développer une liseuse numérique qui sera mise sur le marché courant octobre »

Les lecteurs changent t-il leurs thèmes de lecture pendant les vacances ? « Quand les gens partent en vacances, ils n'hésitent pas à demander conseils. Notre rôle est de leur faire découvrir autre chose en fonction de leurs désirs. C'est bien aussi de changer d'auteurs »

Quelle est l'influence des médias sur le choix des livres ? « C'est une caisse de résonance qui permet des ventes impressionnantes, tel que « 50 nuances de Grey ». Le média amplifie le succès. Ça fonctionne car le public est réceptif, c'est un roman qui arrive au bon moment. La lecture peut être un moment d'évasion et de rêve, comme Harry Potter, ce succès populaire mondial, avec une vente de 500 000 000 en 10 ans »

Quelle place tient la BD ? « La bande dessinée, c'est un marché qui se maintient, mais c'est plus compliqué qu'à une certaine époque, celle-ci est victime d'un nombre énorme de parutions avec 5 à 6 000 par an. Un nouvel album d'Astérix « Le Papyrus de César » sortira le 22 octobre toujours sous la houlette d' Uderzo. J'ai fait la connaissance d'Albert Uderzo, lors du Festival de la bande dessinée d'Angoulême. C'est quelqu'un de très sympathique et très abordable »

Pratiquant ce métier passionnant depuis 30 ans, Didier Trassard apprécie le contact avec les clients «Les rencontres sont très enrichissantes, car on partage une passion, car eux aussi nous enrichissent de leurs savoirs » Conclut Didier Trassard.

Retour à l'accueil