Château-du-Loir n'oublie pas les victimes de la Shoah

Lundi matin, au Parc Henri Goude, la municipalité de Château-du-Loir, sur l’impulsion et avec l’aide d’Henri Joinovici et de la famille des descendants des Cartier, a dévoilé deux plaques commémoratives en l’honneur des victimes castéloriens de la Shoah et des citoyens qui ont risqué leur vie pour les aider, notamment les époux Louise et Edouard Cartier, nommés Justes parmi les nations.

Château-du-Loir n'oublie pas les victimes de la Shoah
Plaques commémoratives en l’honneur des victimes castéloriens de la Shoah et des citoyens qui ont risqué leur vie pour les aider

Plaques commémoratives en l’honneur des victimes castéloriens de la Shoah et des citoyens qui ont risqué leur vie pour les aider

Château-du-Loir n'oublie pas les victimes de la Shoah
Henri Joinovici

Henri Joinovici

Cette cérémonie s'est effectuée en présence du conseil municipal, d'Alain Grémillon, maire de Lombron, représentant le Réseau des villes et villages de justes parmi les nations, de Jean-Pierre Monnier, Président des Amis de la Fondation de la Mémoire de la Déportation, des anciens combattants, des élèves de l'école du Point-du-Jour.

Le 12 octobre 1942, lorsque la famille d’Henri Joinovici a été arrêtée à Château-du-Loir par les nazis, avec la complicité des autorités de Vichy. Ils furent déportés au camp d’Auschwitz-Birkenau d’où ils ne revinrent jamais. Henri Joinovici qui n'avait que 6 ans put échapper à cette arrestation, et fut recueilli et caché par la famille Cartier, dans une maison de la rue Laurentine Proust.

À la mémoire des défunts, 16 bougies et 16 roses ont été déposées pour chaque nom et pour le couple Cartier. Les élèves de l’école du Point du Jour ont lu une poésie de R. Desnos, un extrait du journal d'Anne Franck, des paroles d’enfants déportés et ont interprété une chanson.

 Les élèves de l’école du Point du Jour

Les élèves de l’école du Point du Jour

Le directeur de l'école Fabien Maisonneuve et Henri Joinovici

Le directeur de l'école Fabien Maisonneuve et Henri Joinovici

Château-du-Loir n'oublie pas les victimes de la Shoah
Château-du-Loir n'oublie pas les victimes de la Shoah
Alain Grémillon, maire de Lombron représentant le Réseau des villes et villages de justes parmi les nations et Béatrice Pavy-Morançais

Alain Grémillon, maire de Lombron représentant le Réseau des villes et villages de justes parmi les nations et Béatrice Pavy-Morançais

Château-du-Loir n'oublie pas les victimes de la Shoah

« Monsieur Joinovici, vous portez par votre histoire comme par vos engagements, ces valeurs universelles de liberté et de justice qui nous sont si chères, ces valeurs fondatrices de notre civilisation humaine. C’est pour ces valeurs que vous vous êtes battu toute votre vie. C’est pour elles que votre père Marc et votre maman Brajna étaient venus de Roumanie après la Grande Guerre, vos parents pour qui la France constituait, comme pour beaucoup de Juifs d’Europe, la terre de la liberté : liberté de croire, liberté de ne pas croire, liberté de penser, de créer » rappelle Béatrice Pavy-Morançais, Maire de Château-du-Loir.

Château-du-Loir n'oublie pas les victimes de la Shoah
Château-du-Loir n'oublie pas les victimes de la Shoah
Château-du-Loir n'oublie pas les victimes de la Shoah
Retour à l'accueil