La baraque à frites place Clemenceau

La baraque à frites place Clemenceau

La  "baraque à frites" place Clemenceau

La page Facebook

Se restaurer place Clemenceau est possible  Oana Dumitrascu à ouvert sa baraque à frites, positionnée face à la bibliothèque. Arrivés à Château-du-Loir le 30 décembre 2014, Oana, 36 ans, son mari Dorin 41 ans, et Erin leur petite fille, comptent bien s'installer définitivement en tant qu'auto-entrepreneur. « Après avoir visité en France plusieurs régions, nous avons choisi la Vallée du Loir qui nous semble paisible par rapport à ce que nous avons connu. Ici, le climat est tempéré et il y a moins de vent que dans le sud. Nous venons de Timisoara, ville de 300 000 habitants, où nous tenions un magasin de jeux vidéos. Cette vie ne nous convenait plus, nous étions stressés"

La  "baraque à frites" place Clemenceau

 Parlant parfaitement le Français avec une pointe d'accent de l'est, Oana confie qu'elle a fait des études de juriste, mais n'a jamais exercé dans ce domaine. « Nous sommes venus en France, car en Roumanie nous ne pouvions plus supporter la corruption , l'état des routes, le pire c'est que nous ne pouvions pas nous projeter dans l'avenir. Ici nous trouvons un accueil chaleureux, et nous sommes traités comme tout le monde. » Confie Dorin.

La  "baraque à frites" place Clemenceau
La  "baraque à frites" place Clemenceau
La  "baraque à frites" place Clemenceau

« Nous sommes ravis de ce nouveau commerce ambulant en centre-ville » Souligne Nicole Mounier adjointe à l'économie, présente pour cette ouverture.

« Nous adapterons nos menus en fonction de la demande. Tous nos produits sont frais, il n'y a pas de surgelés. Le midi, je préparerai du salé avec des sandwichs au jambon, au poulet au curry, au thon, tomates mozzarella, hot-dog avec pâte briochée et saucisse, frites, salades, avec une formule à 5 € avec boisson, l'après-midi, je proposerai des crêpes et des gaufres."

Oana et Dorin

Oana et Dorin

Retour à l'accueil