...pour un bon fonctionnement de l'association

 

Fabrice Guyot, directeur du Centre Social, a organisé une rencontre avec les responsables d'associations de la communauté de communes Loir et Bercé. Une trentaine de personnes, représentant des associations, culturelles, sportives et humanitaires ont suivi ce moment d'échanges.

« Le Centre social est labellisé «Point d'appui aux associations » par les services de l'état, pour pouvoir les accompagner tout au long de leurs vies, de leurs créations jusqu'à leurs dissolutions. Nous travaillons avec des partenaires et divers organismes tels que l'URSSAF, la SACEM, le trésor public, pour échanger des informations. Nous éditons également des documents et des brochures donnant tous les renseignements juridiques et pratiques sur les associations » précise le directeur.

Fabrice Guyot a rappelé, par la projection d'un diaporama, les bases du fonctionnement associatif avec la gestion des finances, les assurances, l'emploi, la responsabilité du président, l'assemblée générale. « La rédaction de l’objet de l’association déclarée est importance, car elle détermine sa capacité juridique pour agir. Celle-ci ne doit pas être illicite, c'est-à-dire ne pas être contraire aux lois ou aux bonnes mœurs ou porter atteinte à l’intégrité du territoire national et à la forme républicaine du gouvernement ».

La bonne rédaction des statuts....

Un échange avec les participants permit à Fabrice Guyot d'apporter des conseils et des précisions sur différents thèmes, notamment les subventions, le manque de bénévoles. « C'est notre cas, nous n'avions plus de président pendant un an, en tant que secrétaire, il a fallut que je pallie à ce manque » rapporte Huguette Carriot de la Gymnastique volontaire.

« Je soulève le problème de l'emploi de salariés détenteurs de brevet d’état, qui enseignent dans les associations employeurs. Mais comme nous ne vendons ou produisons rien, nous n'avons par conséquent aucun moyen de financer nos salariés autre que par les cotisations. De plus, si nous voulons offrir au plus grand nombre l'accès à nos disciplines, nos cotisations doivent être raisonnables. Nous demandons par conséquent un allègement des charges patronales afin de protéger ces milliers de salariés que sont nos professeurs diplômés d’état. Il y va de la survie du tissu associatif tressé par tous ces bénévoles que nous sommes » commente Jean Bertin, le Président du Judo Club Castélorien.

Pour conclure, Fabrice Guyot a proposé d'organiser d'autres rencontres et a évoqué la reprise du calendrier des associations pour éviter les doublons des manifestations les mêmes week-end. À la demande des participants, la prochaine rencontre abordera le thème de la rédaction des statuts, le jeudi 30 juin de 18 h à 20 h.

Retour à l'accueil