le Secours Catholique aide à l'apprentissage du français

Après l'aide alimentaire, le Secours Catholique aide à l'apprentissage du français

Depuis 2 ans, le Secours Catholique de Château-du-Loir assure une nouvelle mission pour les familles qui est celle de donner des cours pour apprendre le français. « Depuis 2 ans nous avons des demandeurs d'asile, envoyé par le TARMAC et nous n'étions pas préparé pour cette mission » explique Dominique Gentil. Le TARMAC est une association du Mans qui envoie des demandeurs d'asile dans les 5 appartements réquisitionnés à Château-du-Loir. Cette association accompagne les personnes en situation de précarité et travaille également pour éviter toute forme d’exclusion. C’est d’ailleurs une obligation de l’État et de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

Avant, les cours se passaient chez les bénéficiaires, mais la demande augmentant, désormais les cours de dérouleront dans le local des HLM Laurentine Proust attribué au Centre Social, le jeudi et vendredi après-midi. Ces cours collectifs leur permettent également de se rencontrer et de tisser un lien social » poursuit Dominique Gentil.

Vendredi matin, Nathan et Vani originaires du Sri Lanka avec leur petite fille, Artur et Gayane, un couple originaire d'Arménie avec leur petit garçon, ils ont trois enfants dont une petite fille née en France, Armenuhi, une jeune femme avec son petit garçon, également d'Arménie, étaient présents pour le point presse. Le couple du Sri Lanka habite la rue Pitoulière depuis 3 ans, ils ne sont pas demandeurs d'asile, le papa travaille et maitrise bien le français mais la maman restant à la maison était très motivée pour apprendre le français ! Elle fréquente la bibliothèque et mets son fils à la halte-garderie.

Actuellement, Roland Séjourné et Michel Papin enseignent bénévolement les rudiments du français une heure par semaine. Le but est que ces personnes puissent avoir le minimum de vocabulaire pour effectuer les tâches de la vie courante. Une formation a été faite pour les 2 bénévoles afin de leur donner les outils pédagogiques nécessaires leur permettant d'évaluer le niveau de chaque élève. « Tout est affaire d'adaptation, cela se passe très bien » constate Michel Papin.

« Les personnes qui arrivent de l'étranger possèdent un bagage professionnel tels que : coiffeuse, BTS Commercial, maçon, informaticien. Puisque ces femmes ne peuvent pas travailler, pour les occuper, nous avons le projet sur leur demande, de créer une animation autour de la couture » souligne Aline Boutard.

« Ce sont des échanges humain très intéressants, puisque je leur apprend le français, en échange je consolide mon anglais. Ces personnes travaillent beaucoup par elles-même.

On apporte un petit peu, mais on reçoit beaucoup ! » formule Roland Séjourné.

 

 

Retour à l'accueil