Très bonne initiative que celle de Jérôme Bordais, professeur de sciences physiques au lycée Racan qui a invité Marie Dégremont, enseignante et doctorante à Sciences Po Paris, pour présenter une conférence sur "S'affranchir des énergies fossiles, une nécessite". Cette conférence d'une heure trente a eu lieu vendredi dernier dans la salle du cinéma des Récollets devant 124 élèves de première Économique et Sociale, première Littéraire et secondes terminales Scientifique.

.Les recherches de Marie Dégremont portent sur les politiques de transition énergétique et de décentralisation, et soulignent l'importance de l’interdisciplinarité. Elle intervient pour des conférences dans différentes institutions. Le bien-être des sociétés modernes repose sur leur capacité à utiliser à grande échelle des énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz naturel). Ces matières sont présentes en quantité limitée et non renouvelable, leur combustion entraîne des gaz à effet de serre. L’ensemble de notre économie et de nos modes de vie dépend de leur disponibilité et de leur coût relativement abordable. Pourtant, cette ère de prospérité énergétique risque d’être de courte durée, si nous ne trouvons pas les moyens de nous affranchir de cette dépendance.

 

Le pétrole, le gaz et le charbon sont des ressources épuisables, dont l’utilisation nous expose à des tensions géopolitiques, et va entraîner des changements climatiques de grande ampleur. Ces menaces certaines sur l’avenir de nos sociétés et, probablement, de notre démocratie, doivent nous conduire à engager rapidement une transition énergétique vers des sources d’énergie décarbonées.« Les solutions existent pour adopter un mode de vie plus durable : les bâtiments modernes bien conçus ont une consommation très faible, et peuvent être approvisionnés par des moyens décarbonés. La rénovation thermique des bâtiments permet aussi de réduire de manière considérable les consommations, de même que l'utilisation d'appareils plus efficaces. Pour les déplacements, les transports en commun et la mobilité douce peuvent contribuer à réduire nos besoins en énergie. Sans oublier un gisement d'économie très important : la sobriété et l'adaptation des comportements ». explique Marie Dégremont.

Marie Dégremont et Jérôme Bordais

***************************

"Les élèves de terminale Scientifique ont été surpris d'être avec des premières ES et L puisque ces filières sont très différentes dans le contenu de leurs programmes. Cela montre que les enjeux énergétiques, économiques et climatiques sont fortement liés et que pour les comprendre il faut disposer d'une culture générale suffisante sans être nécessairement un spécialiste de chaque discipline. Par exemple, les littéraires doivent avoir quelques connaissances scientifiques et économiques et les scientifiques quelques connaissances géographiques, historiques et économiques pour s'approprier le sujet. Cette conférence était donc interdisciplinaire.

Les élèves ont découvert le revers de la médaille de notre civilisation qui repose sur une énergie fossile abondante et finalement peu chère (même si nous trouvons l'essence toujours trop élevé). Les élèves ont réalisé que notre monde a été transformé par les énergies issues des énergies fossiles. Notre mode de vie, grand consommateur d'énergies fossiles, induit dans le monde des tensions géopolitiques et conflits armés (attentats en Europe, départs de jeunes vers la Syrie, immigration...), ainsi qu'un bouleversement climatique qui pourrait devenir ingérable (immigration, alimentation...)

Les technologies ne pourront pas à très court terme résoudre notre problème énergétique comme nous pourrions le penser (effet rebond). En effet les énergies renouvelables sont certainement une partie de la solution mais seront très insuffisantes pour remplacer les énergie fossiles (pour des raisons physiques).

Les élèves ne soupçonnaient pas les liens entre énergie - économie - climat, d’ailleurs comme un grand nombre de personnes politiques. La physique (l'énergie) impose des limites à l'économie (problème de l'emploi, répartition des richesses, démographie) la croissance ne peut pas être infinie dans un monde fini ( c'est de la physique). Des décisions importantes doivent être prises comme le préconise la COP 21 ."

Jérôme Bordais

Blog du lycée. ici .

Retour à l'accueil