A c'theure, j'aimerais faire  un inventaire 
            des expressions  ben d'che nous
                J'attends vos commentaires
             N'oublie pas de crouiller la porte!




Merci Sylvie pour l'idée.

1 - Il a tellement tombé d'ieau que la fousse elle est pleine ! (Lucette - Château)

2 -  L'ciel s'abernaudit, on va choir une r'napée (Nora- Montréal)

3- je dirais plutot : j' crais ben qui va chia une r'n'apée (Roger)

4- "Le temps s'embernaudit, y va cheu une r'napée".
    (traduction: le temps se gâte, il va pleuvoir.) ( Rémy)


 


De la part de Lory:
Ma grand-mère (que mon mari ne comprenait pas si elle se mettait à parler "patois") s'exprimait de cette manière :

- "je me suis égaillée une de ces pansées" (Je suis tombée à plat ventre)

- "je vais faire une mariennée" (je vais faire la sieste)

- "amont ste rote" (le long de l'allée)

- "I d'meure là loin" (il habite là-bas)

- "c'est un boira" (c'est un ivrogne)

- "c'est un bas cul" (il est petit)

- "l'assiette est écoquée" (l'assiette est ébréchée)

- "J'vais faire une fouée pour dégourdir la pièce" (je vais faire un feu pour réchauffer la pièce)

- "Spèce de grand bauban qu't'es bête" (grand nigaud, que tu es idiot)

- "Pauv'ptit motin" (pauvre gamin)

Voilà quelques expressions bien de chez nous (patois du côté d'Yvré le Pôlin)..

 


  • Je suis ravie de lire toutes ces expressions qu'employaient ma mére et ma grand mére :

    un guibet : un moustique

    rapis toi bin a mon laô la marie, pa'ceque la bô vat'jauffler les pates : met toi bien la haut la Marie parce que la boue va t'éclabousser les jambes.

    Des chausses : des bas ou des collants

    Voilà quelques une dont je me rapelle.

  •  

  •  


     

    Je crois voir un petit contresens dans l'interprétation de l'expression "rapis toi bin a mon laô". Il s'agit plutôt (à mon avis) de "rapis-ta bin amont la hâ" soit, en bon français : Mets-toi bien contre la haie . Voici la phrase complète que l'on cite parfois par chez moi  : "rapis-ta bin amont la hâ de pou qu'la roue d'la chorte fa coti d'l'iau amont tes hardes": "Mets-toi bien contre la haie de peur que la roue de la charrette éclabousse tes vêtements !"

     

    En espérant avoir fait avancer le débat

    sarthoisement,

    didier

     

 




La Marie ç'qu'al est amballe d'pis qu'al a un bourri !
A matin, ça qu'avait cheu des dallées d'iao. La Marie, al'tait
environ charreyer sa buée dans l'baniao pou' la rincer au douet, avec l'bourri, ben su !
A' tirait du grand, a'f'zait d'la geste ! ... Ca rouettait, ça rouettait ben, ça descendait au guiab la d'vallée ...
Et v'la t-y pas que l'sacré bourri, il a pou' d'eun' marée d'iao !!! i'fait un éca'.....et berdado, le v'la débiroté dans l'foussé.....l'baniao, i' dévire aussite, et la buée avec et la Marie itou.
- Heu là, mon grou'fé, mon p'tit fé tout prop' qu'à s'mint à quérier la Marie en se r'levant tout'guénée d'bo.....
A'l'tait pus amballe en tout, ça c'est mé qui vous l'dis. C'qu'a c'est afflonée su' son bourri...i'n'a r'çu eun berdancée.
Pouv' bourri


Dany


par Christine

.

Avare: "Il est près d’ses sous, il a l’gousset constipé ", i’n’arrivait pas à boutonner son tibi ! ".

Chauve : "Il a la tête comm’ un coin d’beûrre".

Coiffeur : "Faut qu’tailles au toûzeux".

De mal en pis : "P’us qu’ça va, et p‘us qu’c’est pire ".

Jambes maigres (1) : "Il a des mollets comm des barriaux d'cage à moiniaux".

Jambes maigres (2) : "Il a des mollets d’cô’".

Effronté : "Il a un sapré culot, i’ n’a point chié la honte".

Ennuyer : "Ah! Tu m’hébètes avec tes berlaud’ries !".

Expression (1) : "Faut l’temps pour tout".

Expression (2) : "Les p’us pressés vont d’vant".

Expression (3) : "Pour avouër du bon persil, il faut êt’e menteû".

Expression (4) : "En rout’, mauvais’ troupe".

Expression (5) : "Un yeuvre (lièvre) ou un bossu, c’est kif-kif bourricot".

Expression (6) : "J’peux point porter c’sac là ; il est trop lubre (lourd) pour mè (moi) ".

Faillite : "I’n’gu’y reste p’us ren, il a mangé la gernouille (grenouille)".

Figure maigre (1) : "Il a eun' goule à biser eun' bique entre les deux cornes".

Figure maigre (2) : "Il a eun' goule à biser eun' bique entre les deux cornes".

Goinfre : "Vaut mieux l’avouër en photo qu’en pension ".

Petit : "C’est un Bâsducul".

L'habit ne fait pas le moine : "Est point les pieumes qui font l'mouéniau".

Mauvais fond : "C’est point d’la mér’laine".

Proverbes (1) : Femmes bavardes : "Femm’ qui cause et poule qui pond font du bruit dans la méson".

Proverbes (2) : Bavard à table : "Tout’ berbis qui bêle pê’ la goulée".

Rusé : "I’ sait nager là où y’a point d’iau".

Stupide : "Il est d”gourdi comm’un manch’ de pelle".

Un gamin turbulent : "Il a l’Yâble (diable) dans la piau (peaux)".

Une affaire louche: "Y’a d’l’auboû’ dans c’t”affair’ là ".

Une personne effrontée : "Ben, ell’a du culot, ell’a pâs chié la honte ! ".

Valeur faible (1): "Ca vaut ren (rien) en tout".

Valeur faible (2): "Ca vaut pas un pet d’lapin".

Valeur faible (3): "C’est de la roupie d’sansonnet".

Vaniteux : "Le v'la qu'arriv', la goule (tête) enfarinée".

 

Retour à l'accueil