A tous les amoureux des bêtes à poils, à plumes, à écailles à coquilles et tout le tralala....Cétacé disent les dauphins !

"On y trouve du sang dans tous nos océans, votre terre est peuplée d'abattoirs pour tous vos miséreux, crèves la faim, bois sans soif et j'en passe!"

 

Je suis devenu chien par la langue du slam

et par la société qui aujourd'hui me tanne

en cherchant dans les ronces quelques mûres au Pays de Ronsard

près du circuit 24 à plein pot de rillettes...

 

En montant au Riablay, j'y travaille ma voix

C'n'est pas celle de Ferré, mais tout juste ma voie...

 

Je ne suis qu'une plume évadée,

Evadée d'un canard et me trempe au tempo,

 

Sur le Loir et ses crues, tout  comme au Moyen-âge...

Mais rien ne court plus vite qu'une biche devant un chien !

 

Tout comme l'écriture et ce n'est pas facile

Car ils n'ont pas trouvé l'moteur qui écrit tout seul

En solo, sans rature et sans faute d'orthographe...

 

Attention à la grammaire ! Hé toc ! un pâté !

 

Personne ne peut arrêter le progrès !

Bah ! Il est comme la nature, elle se développe sans cesse

 

Avec son paysage qui remplit la galerie et nourrit les pinceaux

 

En poils de loirs ou autres ! (j'en ai vu peindre avec leurs pieds, les deux, la langue et même leur nez)

 

Les arbres qui bordent le Loir n'ont pas le vrai problème que l'enfant,

le petit qui compte sur ses doigts et qui demande :

 

"Maman, s'il te plait, c'est l'heure de mon goûter!

Donnes-moi s'il te plait un peu de chocolat !"

 

C'est pas si difficile de dire "merci" après !

 

Les canards le font bien et le font en canard

Et jusqu'en forêt je m'y sens bien bercé

Sous un chêne ou un pin tout dépend du soleil,

La ronflette est permise pas pour les sangliers

Qui ne font que passer et trop souvent en bandes,

Cà nous bouffent les plates bandes et ramassent les glands !

 

 

Faut pas traîner dans l'coin, le coin coin des canards

Et le coin du dormeur sont des sites protégés,

Chaque coin prend son pied, le pied c'est la racine

La racine dans la terre, et la terre à tout le monde !

 

Le plus beau je vous l'offre, c'est de voir des canards

Patauger dans la mare et les biches viennent boire

A l'heure où les étoiles s'allument, sans chandelle, sans bouger,

En restant dans le noir et buvant un café, pour contempler tout çà...

 

Les canards ne dansent pas, ils se jouent des grenouilles

Déguisées en taureau genre 4X4 bien gonflés avec des yeux si gros,

Si gros comme des lanternes et ne sont pas si ternes,

Mais bien noir comme l'ébène... et la langue des grenouilles

pour avaler le papillon de nuit : elles y mettent tout leur cœur

Et c'est comme à l'école, les colles et les zéros

Qui n'en finissent pas de devenir des héros...

 

Il faut savoir apprendre et ce n’est pas trop commode à réciter tout çà!

Mais devant toute l'école et debout sur l'estrade, sur la pointe des pieds,

Pendant que les autres se tordent de rire pour faire passer le message !

Il faut savoir le dire, le dire en l'récitant, c'est bien là le moment !

La formule j'vous la donne : tant pis si çà plait pas à tous !

Y aura des vomissements ou autres qui vont demander de partir aux toilettes

Pour éviter de réciter tout çà et sans langue de bois

Mais pour se faire plaisir, c'est là le grand moment !

 

Lire les deux premiers mots, les répéter encore d'abord tout doucement

En ajoutant le troisième, encore en répétant comme les soustractions

Et la brave deudeuche de Papy, en y mettant le temps,

Sans se gratter la tête, l'oreille et même le nez,

Avec la voix de gorge, comme celle de Brassens,

Avec la voix du nez, avec la voix des lèvres, avec la voix de tête

Pas celle de l'oreiller et puis celle des tripes et sans aller à Caen

 

Et devant le micro ! Tout çà pour Radio G, un beau travail d'anges

Et en plein cœur d'Angers !

 

Et puis ligne après ligne, le travail se fait !

La ligne à son pêcheur et je suis le péché, celui qui brouille les ânes

Pour leur faire des hi han, hi han... encore un qu'à trop chauffer sa tête

Trop près du radiateur çà devait arriver ! Enlève donc ton bonnet !

 

Le bonnet s'est fait pour dormir la nuit

Et juste pendant dix heures pour que l'esprit repose!

L'esprit reposé l'enfant travaille mieux !

Apprends ton texte comme la dictée du lundi !

Tout le secret est bien dit, c'est la formule magique

Pour décrocher un vingt, c'est du sport cérébral !

 

Et le sourire aux lèvres de tous les petits copains qui demandent amusés :

Ben! dis comment t'as fait ? A toi de leur répondre :"Tant pis pour les zéros y sont pas mon gagne pain

C'est juste un peu d'honneur d'être un brave dormeur et puis

 

Zéro plus zéro égal la tête à Toto !!!

 

 

Didier Jean-Marie Chassot

Château-du-Loir 

Retour à l'accueil