Henri Joinovici                                                                                

44, rue Pelleport                                                                              

75 020 Paris                                                             

Monsieur le Maire

Mairie de Château du Loir

 

Objet : Lettre ouverte à Monsieur Daniel Macheton, Maire de Château du Loir.

 

Monsieur le Maire,

 

Je ne suis pas Castélorien de sol.

 

Je ne suis pas Castélorien de sang.

 

Mais je suis Castélorien de la Mémoire : la Mémoire de ce qui s’est passé durant les ténèbres du 20ème siècle, à Château du Loir de 1940 à 1944.

 

Cette page d’histoire a pu être lue le 24 juin 2007. En premier l’arrestation des Juifs le 12 octobre 1942. Je fus le seul à avoir échappé à l’arrestation en me réfugiant chez le couple Cartier au 19 rue Laurentine Proust, qui déjà hébergeait dans la clandestinité trois adolescents dont les parents avaient été arrêtés à Paris, ainsi qu’un antifasciste allemand qui était inscrit sur la liste de la Gestapo depuis 4 ans, et un couple avec leur jeune fils. Leur maison fut également un passage pour certains qui voulaient se réfugier vers la zone non occupée : juifs, résistants et réfractaires y sont passés.

 

Dans cette propriété adossée au lieu dit des Rognouses résident de nos jours M. et Mme Fell, qui ouvrent grandes leurs portes à ceux qui veulent voir et savoir ce qui s’est passé. Tel fut par exemple le cas d’une classe du lycée Nazareth de Ruillé sur Loir, venue à titre pédagogique le 25 janvier dernier. Nous avons expliqué aux élèves ce qui s’est passé là.

 

Or, j’ai appris par la presse l’existence d’un projet partiel d’expropriation.

 

Au nom de la Mémoire, je formule le vœu suivant: est-il possible de revoir les frontières de ce projet afin de ne pas mutiler ce lieu de mémoire, et de le préserver, comme est préservé le lieu de l’arrestation du 9 septembre 1943 de membres du réseau Buckmaster.

 

Dans cet espoir, recevez, Monsieur le Maire, mes salutations distinguées.

 

                                                                                              Henri Joinovici

 


 

Le 12 Octobre 2010.

 

Nous apprenons par la presse (l’Echo du Val de Loir) du 10 septembre, qu’un projet  de lotissement  est prévu dans le Parc des Rognouses à Château du Loir.

Cette propriété a appartenu à nos grands-parents Louise et Edouard CARTIER  nommés JUSTES PARMI LES NATIONS le 12 février 1990.

Une plaque en leur mémoire est apposée place du Docteur GOUDE.

 

Nos grands-parents ont accueilli et caché de nombreux juifs venant de différents horizons et des résistants fuyant les nazis dans cette propriété de l’année 1942 à 1944,

ce parc boisé leur servait de cache et de base arrière pour arriver et s’enfuir de la maison.

 

Ce lieu est resté intact depuis plus de 60 ans, nous pensons qu’il doit rester ainsi.

 

Chaque année, lors des commémorations, les propriétaires nous ouvrent grand leurs portes afin de pouvoir venir nous recueillir sur ce lieu de mémoire ; en 2009 une famille sauvée est venue spécialement des Etats- Unis pour honorer la mémoire de nos grands-parents.

 

Pourquoi amputer ce lieu chargé de tant d’HISTOIRE ?

 

 

Les descendants de LOUISE ET EDOUARD CARTIER

 

Retour à l'accueil