J'ai fait connaissance de Marcelle Bellanger de Nogent-sur-Loir

Voici son portrait, passé ce matin dans le Maine-Libre   

 

  

 

Marcelle

 

  

Marcelle Bellanger, 88 ans, demeure à la Carelière, lieu-dit proche du viaduc de l’autoroute à Nogent-sur-Loir. Son grand regret, c’est de n’avoir pas fait d’études étant jeune. Marcelle, depuis sa retraite, a rattrapé le temps perdu. Au milieu de la salle à manger, une bibliothèque importante contient tous les ouvrages, revues et atlas qu’elle a parcourus. « J’ai eu une vie très intéressante, j’ai de quoi en faire un livre » Confie Marcelle Bellanger. Celle-ci est née à Paris le 4 novembre 1922 à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière dans le 13 ème. A l’âge de 6 ans et demi, Marcelle fréquente l’école du Gué-de- Mézières avec Mr et Mme Fétick jusqu’au certificat d’études.

 

Après différents emplois chez des particuliers, elle tente le concours d’infirmière à Paris, et réussit celui-ci. Employée d’abord à Rouen, dans une maison de convalescence, celle-ci trouve un emploi d’infirmière à l’Hôtel Dieu à Paris, ensuite à l’Hôpital Ambroise Paré, à Necker aux enfants malades pour achever sa carrière en 1980, comme cadre à l’Hôpital Bretonneau.

 

Revenue à Nogent dans la maison des grands-parents proche du Loir, Marcelle Bellanger s’intéresse à l’histoire et au patrimoine de la commune. Aidée dans cette tâche par Michel Boulanger, par l’ancien Maire, Jean-René Amirault, et Didier Dorizon, elle recueille de nombreux documents sur la passé de la commune.

 

Dans ses classeurs, l’on trouve le récit de l’incendie de l’église du 17 septembre 1864. L’ancien passage sur bacs pour traverser le Loir, le péage du pont suspendu en bois. « Pour traverser ce pont, il fallait descendre des véhicules pour éviter les vibrations »  

 

 

 tarifsbacs

 

 

 

pont1

 

 

pontsuspendu

 

 

 


  

 

Photo du pont de fer de la ligne du chemin de fer Paris Bordeaux traversant le Loir, bombardé le 1er août 1944 par les forteresses.

Photo prise par René Lefèbvre, l’ancien patron du café de Nogent-sur-Loir

 

 

 

 

bombardement

 

Atelier de greffage Lerat à Nogent-sur-Loir en 1908

 

 

greffage

 

Passionnée du patrimoine local, avec son simple appareil photo jetable, elle met en boîte, maisons anciennes, vieux puits, le Loir et ses moulins et dernièrement la construction de l’autoroute et de son viaduc. Celui-ci lui a inspiré ce petit poème :

 

« J’ai comme paysage, un coteau, une vallée.

Je suis de béton et d’acier

A mes pieds coule une rivière.

Je suis le Viaduc du Loir. »

  

Une vie passionnante, des projets en tête, Marcelle Bellanger a encore du temps pour rajouter quelques pages sur l’histoire de Nogent-sur-Loir.

 

 

 Inondation de Nogent-sur-Loir le 28 janvier 1995

photo de Marcelle Bellanger

 

inondation

 

 

  

 

 

 

Retour à l'accueil