Madame Fontenel-Personne, Madame la députée.

"J'ai l'honneur de vous écrire car j'ai besoin de votre aide.

Hier soir, deux amis, Bernard et Gérard, étaient chez moi et m'ont expliqué qu'ils ont tous les deux voté pour vous au premier tour des élections législatives.

Bernard fait partie des 0,1% les plus riche de France. Il m'expliquait que vous alliez voter à l'automne un démantèlement partiel de l’ISF et surtout un abaissement encore plus spectaculaire de la fiscalité pesant sur le capital. Son groupe social s’apprête donc à garder plusieurs milliards d’euros dans son porte-monnaie.* Bernard était sûr de la pertinence de son vote. Il était content.

Gérard fait partie des bénéficiaires des Aides Personnalisée au Logement, donc des 2,6 millions de foyers parmi les plus modestes de France. Il m'expliquait que vous alliez voter une diminution mensuelle de 5 euros de son APL. Son groupe s’apprête donc à perdre 400 millions d’euros de son porte-monnaie.* Gérard nous interrogeait sur la pertinence de son vote.

Ni moi, ni Bernard ne savions quoi lui répondre.

Pourriez-vous me guider en me fournissant un argumentaire qui permettre de soutenir Gérard dans son vote.

Dans l'attente du plaisir de vous lire, veuillez agréer, Madame la députée, l'expression de mes sentiments respectueux".

 


Jean-Michel Génevaux
(que vous aviez rencontré sur le marché de Château-du-Loir où je vous avais interrogé sur la financiarisation de l'économie)

* données issues de https://www.mediapart.fr/journal/france/230717/isf-vs-apl-cadeaux-pour-les-ultra-riches-ponctions-sur-les-plus-pauvres              
  

Retour à l'accueil