Par Pierre BESNARD

Le docteur Sophie Blanchi praticien au CHM qui a animé notre conférence débat à Ecommoy le 22 février. Elle a rappelé l’importance d’avoir une couverture vaccinale.

Une recrudescence depuis avril : 31 cas ont été déclarés depuis janvier 2019 en Pays de la Loire.

La rougeole, infection virale très contagieuse est en recrudescence en France alors que tout le monde croyait cette maladie éradiquée.

En 2018, 150 cas de rougeole confirmée avaient été signalés entre le 1er janvier et le 14 mai 2018 contre 6 cas signalé sur l’ensemble de l’année 2017.

Les cas recensés concernent le département de Mayenne et la Sarthe selon la cellule de surveillance épidémiologique de santé publique : 55% avaient -15 ans et 89% n’étaient pas ou mal vaccinés.

L’ARS, indiquait en 2018 que la couverture vaccinale dans la région était insuffisante pour empêcher la diffusion du virus dans la population.

Les complications dues au virus voir des surinfections peuvent survenir : laryngite, otite, pneumonie et, plus grave, encéphalite pouvant entraîner la mort ou de possibles séquelles. Les hospitalisations pour complications sont plus fréquentes chez les nourrissons de moins d’1 an, les adolescents et les adultes.

Depuis le 1er janvier 2019 : 244 cas de rougeole ont été déclarés (contre 665 cas sur la même période en 2018) : 73 hospitalisés (30%), 4 en réanimation, 19 (8%) formes compliquées (pneumopathie), 91% des cas chez des sujets non ou mal vaccinés.

La période de contagion commence 5 jours avant l’éruption cutanée (apparition des boutons) et dure jusqu’à 5 jours après le début de l’éruption.

Une personne contaminée par la rougeole peut infecter entre 15 et 20 personnes.

Je vous rappelle le calendrier vaccinal qui prévoit chez les nourrissons et enfants, l’administration d’une 1ère dose de vaccin rougeole-oreillons-rubéole à 12 mois et une 2ème dose entre 16 et 18 mois.

Depuis le 1er/01/2018, la vaccination est obligatoire pour les enfants nés après le 1er/01/2018.

******************************

La Coqueluche

Il faut savoir que nous n’avons pas une immunité à vie pour la coqueluche. Il faut se faire revacciner quel que soit l’âge

Retour à l'accueil