La Croix-Rouge française se mobilise pour lutter contre l’isolement social dans le cadre de l’épidémie de coronavirus. Depuis plusieurs jours, le dispositif « Croix-Rouge chez vous » est proposé dans toute la France, avec un numéro unique : 09 70 28 30 00.

Fidèle à son rôle historique d’assistance et de protection des populations, notamment les plus vulnérables, la Croix-Rouge Française s’est mise en ordre de marche pour rassembler tous ceux qui veulent agir afin de relever de nombreux défis, notamment, la livraison de produits de première nécessité (denrées alimentaires, produits d’hygiène, produits bébé, médicaments sur ordonnance), que des volontaires de la Croix-Rouge leur livreront chez elles en toute sécurité dès le lendemain.

« L’unité locale de Bercé, est composée d’une soixantaine de membres, qui peuvent intervenir sur une cinquantaine de communes recouvrant les secteurs de Montval-sur-Loir, La Chartre-sur-le-Loir, Mayet, Écommoy, Le Grand-Lucé, Saint-Calais et Bessé-sur-Braye. Pour toute demande, on peut nous appeler au 06 78 33 69 77 » informe Sébastien Dubois, le Président de la Croix-Rouge Française Unité locale de Bercé.

« Nous avons des équipes qui pourront vous livrer les courses si vous n’en avez pas la possibilité. Déjà, nous avons livré de l’alimentaire sur Courdemanche, Ecommoy, La Chartre-sur-le-Loir » précise Chantal Bertho, membre du bureau de l’unité locale de Bercé.

Vendredi matin, Alain Godefroy et Chantal Ribouilleault ont apporté un colis alimentaire à une personne de Château-du-Loir. « C’est notre président qui organise le planning concernant nos possibilités pour nous déplacer » rajoute Chantal Ribouilleault.

« Pour notre action, c’est une personne qui nous a contactés par le numéro national, et de là, un mail fut transmis à notre président, et ce matin, nous sommes sur le terrain pour faire le nécessaire. Pour les personnes dans le besoin, il y a différents paniers qui sont proposés par la Croix-Rouge, avec des pâtes, des fruits, des légumes, mais on peut modifier en fonction des goûts » précise Alain Godefroy et de compléter

« Avant de partir au magasin, nous appelons la personne pour lui demander si le panier proposé lui convient. Celui-ci est déposé devant la porte du bénéficiaire. Nous avons aucun contact physique par mesure de sécurité. Des documents ont été donnés au CCAS des communes pour qu’ils soient au courant de ce que l’on fait ».

Retour à l'accueil