C’est l’ »Agence Sarthe-Informations » qui a communiqué sur le sujet : un instrument de musique sarthois vieux de plusieurs siècles a été retrouvé par hasard lors de fouilles archéologiques privées ! On connaissait l’existence du « caroporcus cenomanum » par les écrits du Père Abbé Odon de Cluny, de l’abbaye de Cluny (né également à Château-du-Loir) mais nul n’en avait jamais retrouvé la moindre trace.

Découverte instrumentale du siècle ? :

Un particulier souhaitant garder l’anonymat et féru en musique ancienne, a retrouvé un fragment d’une partie de l’instrument en fouillant les ruines d’une ancienne bâtisse de sa propriété. « J’ai tout de suite vu que cela n’était pas qu’un vulgaire tesson de poterie (…) L’orifice pour le passage de l’air, l’évasement du pavillon pour la diffusion du son ; cela correspondait à la description qu’en faisait Odon de Cluny au 9ème siècle»….

Origine de l’instrument. Selon le professeur Yug Regor de l’université des Lizards qui lui a donné le nom de « Rilletophone Sarthois », l’existence de cet instrument serait connue depuis Charlemagne et notamment par la légende de Roncevaux où meurt Roland avec sa fidèle Durandal…

Dans son ouvrage fort documenté « Le Rilletophone Sarthois : du lard ou du cochon ? », Yug Regor précise : « Sur l’origine de l’instrument : les historiens ont menti ! Voici comment est présentée la mort de Roland à Roncevaux en 778 : « L'arrière de la colonne franque est commandée par Roland. Il pressent un grand péril, sonne du cor le plus fort possible afin d'alerter son oncle, le roi.». Roland, affirme Yug, ne jouait pas de cor, mais du Rilletophone et c’est simplement une erreur de traduction du latin vers le français qui a transformé le nom de notre instrument vers un autre plus banal et certainement plus simple à écrire»…

Les anges musiciens s’y étaient mis ! Une récente découverte au sein de la cathédrale du Mans a conforté la thèse de l’existence du Rilletophone. Sous des plâtres, a été retrouvé le 48ème ange musicien qui démontre la pratique de cet instrument dés la fin du XVIème siècle.

Le Rilletophone : un instrument d’avant-garde ? Un instrument génial pour l’époque : Yug Regor qui travaille entre autres, sur les instruments de musique archaïques, antiques et médiévaux, ne tarit pas d’éloges sur la géniale conception de l’instrument….

« Une embouchure, un pavillon : on est là aux prémisses de notre clairon contemporain…. Le changement de note était obtenu en faisant varier la pression et la fréquence de vibration de l'air dans l'instrument en serrant plus ou moins les lèvres ». Un instrument ? Non, une famille d’instruments. « Il devait en exister de toutes les tailles, jouant du son le plus aigu au son le plus grave….De quoi rendre sourd toute une troupe d’ennemis…. On ne le sait pas mais Charlemagne a gagné des batailles en cassant littéralement les oreilles des combattants ennemis par le son des rilletophones ! »

Le Rilletophone a-t-il un avenir ? L’annonce de cette découverte a suscité beaucoup d’émois et d’engouement de la part de nombreux musiciens pour ce survivant de notre patrimoine départemental et local. Un luthier a reconstitué à titre expérimental le Rilletophone de l’ange musicien qui en joue dans la cathédrale du Mans. Un véritable défi, puisque la reconstitution n’a pu être réalisée qu’en calculant les proportions entre la taille du personnage (1,57m pour fin du XVIème siècle) et le Rilletophone. Le projet futur serait de faire renaître l’instrument en tant qu’instrument traditionnel. Un prototype a été construit, les essais sont concluants. Une startup est en voie de se créer au doux nom de premieravril.com… Un nouvel avenir pour notre Rilletophone ?

Modèle contemporain

Sources :

- Le Rilletophone Sarthois : du lard ou du cochon ? Yug Regor, Université des Lizards, Youpla éditeur, 2015, 987 pages. Epuisé.

- Article écrit par Zaver Jerarz. Revue d’information musicale « léragodchato ». Mensuel, 47 pages, sans pub. Site internet htpps://leragodchato.com. En vente dans toutes les bonnes librairies et points de presse.

 

Retour à l'accueil